Prendre véritablement le temps de vivre

Chacun malheureusement annonce à tort et à travers qu'il prendre prendre du recul, e ressourcer, s'accaparer du temps pour soi, se mettre en retrait de la société etc... Néanmoins il est déplorable que dans l'ultime majorité des cas ceci ne reste que l'occasion au mieux de se détendre les muscles buccaux en ne prononçant que des formules bienvenues dans l'air du temps, et si réellement ceci enclenche une action il est triste de constater que celle ci se termine bien trop souvent sur une soirée jeux vidéo ou dvd en solo où l'intervenant croit qu'il agit là de manière juste, puisqu'il se concentre d'après lui sur son être, sur son propre plaisir. De là, la frontière avec l'égoïsme n'est pas loin, de plus qu'elle frôle avec un une pseudo libération qui au bout de l'histoire ne se révèle que dictyée par les lois du marché consumériste. Je consomme, seul ou avec les miens, donc je suis (bien). 

 

Toutefois il est bien nécessaire, vital parfois même de profiter de son temps de repos pour jouir du loisir qui seul devient le moyen de se sentir en confortable dans sa vie, sa gestuelle, sa manière d'être et de comprendre.

Cela étant ceci n'est qu'un pis aller, un expédient non pérenne, un succédané temporel masquant les réalités du mal être et en aucun cas un remède durable, franc et rigoureux au besoin capable de réorienter l'être dans son exhaustivité. 

 

Sa grandeur le Cheikh Marcos nous enseigne par son comportement à nous tenir éveillé de façon souple mais constante afin de ne pas tomber dans le piège illusoire de la détente facile due à une existence elle même trop pauvre entourée de faux semblants nihilistes qui prêchent pour une égalité des valeurs du siècle. 

Il nous montre qu'au centre de tout il y le principe hibernatoire, là, au centre de cette puissance conceptuelle pourtant transposable à nos vies, il n'est plus question d'une dichotomie existentielle qui engendre pour y survivre une séparation plaisir/malheur mais plutôt d'une mode libératoire d'existence permettant une pleine jouissance de son entité au sens holistique grâce à la mise en place d'une séquence de séclusion totale, d'une immersion au fond de soi, vers le pays du rêve endormi, et ceci sans, malgré tout, le nivellement par le bas des valeurs humaines de types spirituelles en ce qu'elles ont de transcendantes. 

 

Il y a donc respect et maintient de l'équilibre global, mais retrait et réappropriation des codes vitaux, le tout par l'interaction du soi avec le monde de l'invisible, mais ceci de façon sincère, profonde, étendue. 

Ainsi le Cheikh comme tous les membres proches de son mouvement planétaire, quitte notre univers matériel pour une ascèse complète et totale de plusieurs mois, au sein de laquelle son corps entre dans un état proche de la catalepsie. La respiration et le rythme cardiaque diminuent, il rejoint l'unité existentielle, abandonnant son enveloppe corporelle pour rejoindre l'univers dans toute sa cosmogonie. 

 

Il est à noter que cet exercice ne peut être réalisé que par un maître, ses plus proches disciples ou certains êtres spécifiques eux aussi chargés d'une maitrise corporelle et mentale redoutable, complétée d'une confiance absolue, sinon aveugle, du monde extra-humain. 


Biopop, du maraichage diversifié biologique, à 15 minutes, de Nîmes et d'Uzès, à une demie heure d'Alès et 1 heure de Montpellier. Des produits frais cueillis le jour de la vente au public, des sols conduits de façon écologique, une équipe dynamique et un cheikh de renommé international comme parrain du projet.