Edito du Capo octobre 2020

Froid d'octobre tue les chenilles (enfin on aimerait bien que le proverbe dise vrai).

 

Il pleut, le froid arrive subrepticement au travers des gouttes automnales, les épisodes cévenoles menacent sournoisement tant le monde agricole qu'un bon paquet de riverains installés en zone sensible et grand vainqueur entre tous notre grand ami le Covid, le Roi, l'omnipotent, le polymorphe perpétuel n'en finit pas de faire parler de lui et de nous détruire le climat social.

 

Comme au printemps, infatigable, toujours présent, de façon invisible ou presque - de mon coté je n'ai rencontré que deux personnes ayant été atteintes dont l'une l'ayant prise deux fois, et toutes deux en pleine forme - et tout cela malgré le raz de marée informationnel dont les médiats et plus inlassablement le gouvernement nous rabâchent en continu les oreilles. Il faut avoir peur, sans quoi nous ne sommes pas, à minima, de bons citoyens et ça c'est encore la plus gentille des accusations.

 

Dans un climat social toujours plus asphyxiant et sous un ciel, au sens propre de plus en plus gris, c'est l'ami macron qui le vendredi 2 c'est mis à jouer les sauveurs de la République en re-diabolisant, pourquoi se passer d'une cible facile, les musulmans qui par leur sectarisme et surtout leurs écoles privées soupçonnées de former de futurs djihadistes menaceraient incessamment sous peu et pour une durée indéterminée notre belle démocratie.

Néanmoins en attendant c'est plutôt notre propre gouvernement et leurs lois liberticides qui nous brident dans nos modes de vies et pas les 2% de mahométans qui peuplent le territoire commun. Surtout que comme me le disait avec justesse un ami barbu "c'est pas dans les écoles coraniques que furent éduqués les terroristes français mais dans celles de la République", il serait bien que nos politiciens songent un tant soit peu à la justesse de l'argument, qui peut être relèverait les failles et limites de notre éducation  civique.

 

Mis à part cela, le 4 octobre sera la fête de la Confédération Paysanne du Gard, où Biopop se fera un plaisir d'animer le stand dédié aux légumes de saison.

 

En espérant que le monde ne s'en portera que mieux lors de notre prochain édito nous souhaitons à tous une bonne fin de saison en attente de l'avant et du renouvellement de l'espoir au travers de l’anniversaire christique.

 

A bientôt et bon vent à tous !

 

KW