Pluie de sang

Fin avril, début mai, bord de méditerranée, ça devrait respirer le jasmin, embaumer la joie de vivre, mais ça c'est sans compter comme d'habitude, sur l'envie irrépressible, possessive, irrationnelle, diabolique, perverse, malsaine et inhumaine bien entendu,² d'israHell à faire non pas couler, mais véritablement et continuellement y pisser le sang pour noircir un peu plus, si possible car la barre demeure déjà particulièrement bien placée, son très long CV d'état criminel.

 

Évidemment, et pour paraphraser Claude François, comme d'habitude, on assiste à un silence radio total de la planète où les pleutres, les gros et vilains chapons capons comme les appellent si bien Cicciotto, dominent dans l'art du non dit, de la langue de bois et du cache cache politico médiatique pour, au mieux, faire comme si de rien n'était et, au pire, annoncer laconiquement qu'il faudrait que les deux parties stoppent leurs agressions mutuelles. Bon comme d'habitude (merci Claude) on a un rapport d'un contre dix au niveau des morts, si on parle des blessés ce doit alors être du 1 sur 50, mais ça n'empêche pas nos élus de tous bords de parler de tords partagés.

 

Bref, écrire là dessus c'est devenu tellement ridicule et si pathétique de non sens, dans un monde où les gouvernements, arabes en premier lieu et par mesure d’honnêteté intellectuelle il faut bien le souligner, protègent les crimes de l'état juif, qu'il vaut mieux changer de sujet. Mais, tout de même, ne serait ce qu'en souvenir des victimes palestiniennes et des dommages causées aux yeux du monde aux locaux de l'Associated Press, il nous semblait essentiel même si ce n'est que très brièvement de nous rappeler une fois encore que la barbarie possède un nom, un territoire (volé) et une religion officiels.

 

Dans un autre registre, le coup de gel de ces derniers jours va permettre aux chanceux prévenants disposants d'une assurance de s'en sortir haut la main, les autres devront compter sur la solidarité étatique, et il fait plaisir de constater que celle ci semble se mettre en place, notamment auprès des agences locales de la DDTM, que l'on remercie au passage pour la réactivité dont ils semblent vouloir faire preuve dans ce dossier.

 

Chez Biopop, gentiment touché, la moitié des pieds de tomates, le tiers des fèves et des patates ont complètement grillés. Les plantes ont littéralement fondues en moins de 48h. D'abord noirâtre elles ont ensuite coulées sur elles même en se décomposant comme si leurs tiges n'étaient faites que de cire fine.

 

La proximité du Gardon parait avoir joué un rôle crucial dans cette crise, lui qui nous apporte un peu de fraîcheur lors des chaudes matinées d'été, nous a peut être cette fois piégé par une forte et lourde humidité stagnante le soir de la grosse gelée noire. Cela étant c'est son eau qui arrose nos cultures alors loin de nous l'idée de lui en vouloir pour quoi que ce fût.

 

Profitons tous des premiers vrais et beaux rayons pour commencer à se dandiner le long du littoral, si toutefois le couvre feux nous le permet.

 

KW.

 



Biopop entre Nîmes et Uzès, à 25 mn d'Alès, des légumes biologiques cultivés selon le cycle des saisons,d'après des techniques de sols vivants utilisant des copeaux de bois et des engrais organiques.

Des tarifs imbattables en vente directe, une fraicheur absolument inégalée.